Comment ne pas rater la bonne affaire ?

À force de persévérance, de tentatives et d'apprentissage de vos échecs, vous allez, à un certain moment, tomber sur la bonne affaire.

Et lorsque cela va arriver, je peux vous assurer que vous serez en forte concurrence avec d'autres potentiels acheteurs qui auront tiré la même conclusion que vous.

Voici une série de conseils pour vous donner un maximum de ne pas rater la bonne affaire lors de l'achat de votre bien.

Pour ne pas rater la bonne affaire, vous devez être totalement prêt. Vous devez être parmi les premiers, sinon le premier, à contacter le propriétaire vendeur, vous devez faire la visite et toutes vos vérifications en très peu de temps et remettre une offre d’achat sans tarder.

Versez un acompte au notaire et demandez au vendeur de retirer les annonces. Organisez le RDV chez le notaire rapidement.

Qu’est-ce qu’une bonne affaire en immobilier ?

En immobilier, une bonne affaire est un bien vendu au prix juste en fonction de son état. Un bien à rénover peut rentrer dans cette catégorie de « bonne affaire » à la condition qu’il soit proposé à un prix qui correspond à l’ampleur des rénovations nécessaires.

Une bonne affaire peut également être un appartement avec un grand jardin localisé exactement là où vous cherchez à habiter depuis des années.

Il se peut que la voisine de la villa de vos parents décide d’aller élever des lamas au Pérou et veuille vendre sa maison.

En vérité, c’est vous qui allez déterminer sur base de vos critères et de votre expérience ce que vous considérez être une bonne affaire.

Comment reconnaître qu’il s’agit d’une bonne affaire

Pour que vous puissiez reconnaître une bonne affaire, vous devez avoir acquis de l’expérience. Vous devez avoir une vision très claire du type d’objets que vous convoitez, connaître exactement vos possibilités financières, et avoir visité suffisamment d’objets à la vente.

C’est en forgeant que l’on devient forgeron. C’est en visitant que vous développerez le sens de l’observation nécessaire. C’est en voyant vos offres refusées que vous deviendrez un acheteur aguerri.

Comme de très nombreuses activités, nous passons par une phase d’apprentissage. Après cette phase d’apprentissage, qui ne doit pas être forcément longue, entre nous soit dit, vous serez apte à reconnaître une bonne affaire lorsqu’elle se présentera à vous.

Comment réagir face à une bonne affaire ?

Je vous conseille de réagir rapidement. Si vous êtes au courant, il est certain que vos concurrents obtiendront la même information rapidement.

Si le bien vous convient en tout point, que le prix est juste, mettez-vous d’accord avec le propriétaire vendeur.

Apportez-lui des garanties par rapport à votre aptitude à financer le bien. Une attestation de votre banquier précisant que vous pouvez vous engager à hauteur de telle somme sera de nature rassurante pour le propriétaire vendeur.

Mais pour obtenir un accord de principe, une preuve de solvabilité ou une attestation de financement, vous aurez dû fait un gros travail de préparation en amont.

NE VOUS TROMPEZ PAS EN ACHETANT VOTRE BIEN !  Recevez dès maintenant le guide des 9 ERREURS FATALES à ne jamais commettre  lors de l'achat de votre bien.  J'obtiens mon guide !

Pour vous positionner sur une bonne affaire, vous devez être prêt

Lorsqu’une bonne affaire se présente, vous devez être totalement prêt. Il y a tout un gros travail à faire en amont pour que votre banquier puisse émettre une attestation dans l’heure.

Être prêt veut dire que vous avez déjà fait tout ce travail, des semaines voire des mois auparavant. Tout ce travail restera valable. A priori, votre situation et votre épargne ne peuvent que s’améliorer entre le moment où vous avez donné vos informations au banquier et maintenant.

Si vous n’êtes pas prêt, ce sera plutôt difficile de faire attendre le propriétaire vendeur. De plus, cela lui enverra un signal lui montrant que vous n’êtes pas le bon acquéreur.

Comment réserver ma bonne affaire ?

Signez avec le propriétaire vendeur un contrat de réservation. Le contrat doit inclure l’identité des parties et leurs informations personnelles, l’objet du contrat, les conditions, les sommes, l’acompte, le nom et le numéro de compte du notaire, les dates et échéances.

Et si je me rends compte que finalement ce n’est pas une si bonne affaire ?

En immobilier, la règle est simple : tant que ce n’est pas signé, ce n’est pas vendu. Tant que vous n’avez pas signé l’acte de vente chez le notaire, vous pouvez faire marche arrière.

Une fois que vous avez signé chez le notaire, vous ne pouvez plus revenir en arrière.

Ma dernière affirmation n’est pas tout à fait juste. Une fois que vous avez signé l’acte chez le notaire, si vous n’exécutez pas le contrat, vous perdrez 10% de la valeur du bien. Dans la pratique, cela ne se passe quasiment jamais.

Mais je vous conseille plutôt de réfléchir vite. De réfléchir bien. De prendre plus de bonnes décisions que de mauvaises, et de vous faire confiance.

Et ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas que l’on vous fasse.

La morale de l’histoire

Pour tomber sur une bonne affaire, il faut la rechercher.

Ensuite, vous devrez pouvoir la reconnaître. Cela demande de l’expérience.

Si votre expérience vous montre que c’est bien la bonne affaire que vous cherchiez depuis longtemps, réservez le bien et allez chez le notaire sans tarder.

Cet article fait partie de notre dossier Acheter un bien immobilier en Suisse, n’hésitez pas à le consulter dans son ensemble.

Vincent Grognard

Directeur général
Courtier avec Brevet Fédéral

Boîte à idée

Une idée d’article, un question à laquelle vous aimeriez une réponse ?

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles
pourraient vous intéresser

Boîte à idée

Entrez votre adresse e-mail et le/les sujet(s) que vous aimeriez que nous abordions.